Market Information Burkina Faso

[1] Access To The Business Market In Burkina Faso

Local Market / Public Market In Burkina Faso

MARKET / LOCAL / PRODUCTS

In Burkina Faso and as in the other member countries of the ECOWAS region, the contribution of women to national economies is very appreciable and recognized at all levels. They play a major role in the formation of the gross domestic product.

Despite this leading role in economic growth, women face enormous economic and social challenges.

Public contracts are sources of business for SMEs; but to access it requires that the bidders be equipped. The training offered by the Chamber of Commerce and Industry of Burkina Faso (CCI-BF) in the field of local and public markets is part of the support system it has put in place to facilitate access for SMEs.                                                                                             

The specific objectives are :

  • facilitate understanding of procurement procedures;
  • learn to know and assess risks;
  • learn how to define a positioning strategy;
  • teach how to put together a response file to a call for tenders (filling out forms, administrative documents, etc.);
  • experience a role play of a response dossier submission process;
  • learn to manage conflict

The different structures that facilitate trade in Burkina Faso

DIRECTORATE GENERAL OF TRADE (DGC)

The DGC is a central structure of the MCIA. It oversees the implementation of the MCIA’s trade development policy. She is responsible, among other things, for the negotiation, application and monitoring of trade agreements. Also, the promotion of trade between Burkina Faso and the rest of the world and also the promotion of local products.

– In 2017, the local market is driven by the preponderance of local products. Also the imports of products recorded an increase overall compared to 2016. Imports of energy products (hydrocarbons and electric power) increased considerably in 2017 with an expenditure of 518,713 million CFA francs, or 24.3%. of total imports . Likewise, the import of non-petroleum products and the purchase of drugs have increased . Imports of consumer goods in 2017 increased by 10.8%.

As for the export market, the main export products experienced an evolution in 2017 compared to 2016. The top 10 export products (non-monetary gold, cotton, zinc, cashew nuts, sesame, shea, mango, etc.) represent 94.3% of all exports . In 2017, exports in value of groundnuts, corn, cottonseed oil, silver, paddy rice increased. On the other hand, between 2016 and 2017, exports from promising sectors (cashew, sesame, honey, shea, mango, leather and skins, onions, live cattle, tomatoes, etc.) identified in the National Export Strategy (SNE) experienced a decrease. This situation is explained by the drop in the export of sesame seeds and hides and skins.

– Trade occupies an important place in the GDP. In 2009, this share reached almost 70% of GDP making the sector one of the most important sectors in the Burkinabè economy according to the report on the state of trade and competition in Burkina Faso produced in March 2018. In 2017, Burkina Faso has intensified its trade with the rest of the world. The overall volume of merchandise trade, which totals imports and exports, amounted to CFAF 3,735,448.8 million against a value of CFAF 3,442,985.5 million in 2016, an increase of 8. 4%.

For the local market, local products are promoted. Imports stood at CFAF 2,110,017.4 million in 2017 against CFAF 1,954,793.6 million in 2016, an increase of 7.8%.

As for the export market, Burkina Faso’s exports amounted to CFAF 1,625,431.4 million in 2017 against CFAF 1,489,472.9 million in 2016, an increase of 9.1%.

In short, the coverage rate of imports by exports has deteriorated relatively, going from 78.1% in 2016 to 77.0% in 2017.

Examples of exported products :

– Cotton, products from promising sectors such as sesame, cashew, shea, mango, onion, tomato, hides and skins, live animals, honey can be optimized to take full advantage of local markets and international.

The potential export markets for Burkina Faso are :

• ECOWAS zone: Côte d’Ivoire, Ghana, Togo, Mali;

• CEMAC zone: Cameroon, Gabon, Congo, Chad;

• UMA zone: Mauritania, Morocco;

• EU zone: France, Netherlands, Denmark, United Kingdom;

• South Africa, United States, Canada, Brazil, People’s Republic of China, Japan, India, Singapore, Australia, New Zealand.

These markets are considered potential because of the importance of the value of Burkina Faso exports to these countries in 2017. Also, the concern to improve border trade to promote trade with neighboring countries.

– The AGOA is an opportunity set up by the United States to facilitate exports from sub-Saharan countries according to a certain number of requirements in terms of quality, sanitary and phytosanitary measures.

The African Continental Free Trade Zone could be an opportunity in the sense that Burkinabé products will be exported to the zone without customs duties.

Events concerning trade in Burkina Faso

Burkina Faso’s economic and commercial promotional days abroad. National and international fairs and exhibitions ( FIMO, SIAO , etc.).

[2] Trade Agreements

Reglementations Au Niveau De La Direction Du Commerce Et L’organisation Mondiale Du Commerce

ACCORDS/ REGLES/OMC/DGC

Les accords commerciaux peuvent constituer un important levier de croissance, en favorisant l’accroissement des échanges commerciaux entre les pays membres d’une part et, avec le reste du monde d’autre part. Ces blocs commerciaux peuvent être sources d’augmentation de commerce et d’expansion des exportations, permettant ainsi aux pays membres de financer la croissance économique.                                    

Le Burkina, comme les autres pays appartenant à ces regroupements. Plusieurs structures sont en charge du commerce au Burkina Faso :

  • Grace à l’institut de formation de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) les règles et procédures relatives aux accords commerciaux régionaux, l’accès préférentiel aux marchés, les règles d’origine, les mesures de sauvegarde et les négociations des accords de partenariat économique avec l’Union européenne sont règlementés.
  • La DGC est une structure centrale du MCIA. Elle veille à la mise en œuvre de la politique du MCIA en matière de développement du commerce. Elle est chargée entre autres de la négociation, de l’application et du suivi des accords commerciaux. Aussi, de la promotion des échanges commerciaux du Burkina Faso avec le reste du monde et également de la promotion des produits locaux.

Quelques accords commerciaux :

–         Initiative TSA (tout sauf les armes) est un accord commercial préférentiel qui accorde aux produits en provenance PMA un accès en franchise de droit de douane. Il y a également les initiatives comme AGOA, la préférence Chinoise, de l’inde. Ces différentes initiatives profitent aux femmes entrepreneurs.

–           Régime Commercial Simplifié (STR)

–           Tous les produits sont concernés pour l’initiative TSA sauf les armes. Pour le reste les nombres de produits concernés varient d’un accord à l’autre

–           L’enseignement commercial peut être obtenu plusieurs instances nationales comme la DGC, Chambre de commerce, l’Agence de promotion des exportations, le guichet unique du commerce, la Plateforme SILVIE.

–           Les CO sont délivrés en papier physique et obtenu au DGU-CI Bobo et Ouagadougou.

un service de financement adapté à leur réalité

Des ateliers de sensibilisation sur les opportunités que constituent ces différentes préférences commerciales.

  Tableau  : principaux produits d’exportation (en pourcentage) des pays de la CEDEAO
Pays de l’UEMOAProduitsPays ZMAO6Produits
BéninCoton (59%), noix (11%)GambieArachide (17%)
Burkina-FasoCoton (64%)GhanaCacao (52%°
Cote d’IvoireCacao (61%)GuinéeAluminium (60%)
Guinée-BissauNoix (85%)NigériaHydrocarbures (54%)
MaliCoton (85%)Sierra LéoneDiamants (58%), café (22%)
NigerUranium (54%), bétail (20%)
SénégalPétrole raffiné (16%), dérivés du phosphore (12%)
TogoCiment (29%), coton (13%)

Source : Nations Unions, base Comtrade, www.intracen.org

Ces produits représentent au moins 10% des exportations totales.

 Zone Monétaire de l’Afrique de l’Ouest (ZMAO).

Dans le cadre de l’intégration commerciale, des efforts ont permis d’asseoir le régime commercial de la communauté : suppression des barrières tarifaires et non tarifaires, Tarif Extérieur Commun (TEC) depuis janvier 2006.

A partial equilibrium analysis of the impact of ECOWAS‐EU Economic Partnership Agreement”.

[3] Cross-Border Trade

En Quoi Consiste Le Commerce Transfrontalier Au Burkina Faso?

Comment Trouver Des Debouches?

COMMERCE/ TRANSFRONTALIER/

Les incitations au commerce transfrontalier sont assez diverses au Burkina Faso. Outre les initiatives de facilitation énumérées plus, la Stratégie nationale des exportations (SNE) identifie les filières porteuses pour en promouvoir les exportations.  L’Agence pour la Promotion des Exportations du Burkina Faso (APEX-B) accompagne les entreprises dans la recherche de débouchés pour leurs exportations Commerçants transfrontaliers

Les associations professionnelles travaillant  dans le domaine commerce transfrontalier au Burkina Faso sont : l’Association Professionnelle des Commissionnaires en Douanes Agrées (APCDA), l’Organisation des Transporteurs du Faso (OTRAF), l’Union des Chauffeurs Routiers du Burkina (UCRB) le Groupement Professionnel des Industriels (GPI) et les commerçants importateurs et exportateurs.

Les femmes participent pleinement aux revenus du foyer. A la campagne, elles ont leur propre part du travail agricole et on les voit dans les champs en même temps que leurs maris employés à des tâches différentes. En ville, les femmes qui n’ont pas d’emploi salarié ouvrent souvent un petit commerce ,les activités commerciales ne manquent pas pour apporter un surplus de revenus de la famille.

La parité dans la fonction publique semble d’ailleurs être de mise puisqu’un fonctionnaire sur deux est une femme. Il en est de même dans les grandes entreprises et les entreprises publiques.                                                                                                                                            

Des pans entiers de l’économie sont même détenus par des groupements de femmes (c’est notamment le cas de la production et du traitement du karité). Même en politique les femmes ne sont pas en reste puisqu’au sein des partis et des gouvernements elles accèdent à des postes à responsabilité. Preuve de leur dynamisme et de leur engagement à l’œuvre, les ministres femmes arrivent à être aussi mauvaises, corrompues et inefficaces que leurs pairs masculins.

Enfin, il faut savoir que l’essentiel du commerce transfrontalier est effectué par des femmes : textile, habillement ou denrées alimentaires transitent ainsi dans les soutes des bus de transports en commun majoritairement empruntés par des femmes qui traversent souvent plusieurs frontières pour cette activité d’import-export.

Les opportunités commerciales pour les commerçants transfrontaliers sont entre autres :

•          Les initiatives en faveur de la facilitation des échanges transfrontaliers notamment la mise en œuvre des mesures de l’Accord sur la facilitation des échanges (AFE) ;

•          La dématérialisation des procédures de pré dédouanement à travers la mise en place du Système de Liaison Virtuelle des opérations d’Importation et d’Exportation (SYLVIE) ;

•          La mise en place de l’interconnexion des systèmes informatiques douaniers entre le Burkina Faso et le Togo ;

•          Le projet de dématérialisation du certificat d’origine CEDEAO ;

•          La mise en place des Postes de Contrôle Juxtaposés à Cinkansé à la frontière du Burkina Faso et du Togo.   

[4] Export Info/Licenses

Informations Sur L’exportation Au Burkina Faso

La Direction Des Guichets Uniques Du Commerce Et De L’investissement (Dgu-Ci)

Exportation ,Burkina

Toutes les licences sont obtenues au ministère du commerce à travers la direction des exportations et la direction du commerce.

La durée de validité d’une licence doit être raisonnable et non d’une brièveté telle qu’elle empêcherait les importations ou exportations, notamment celles en provenance de pays lointains. L’utilisation complète des contingents ne doit pas être découragée. Les licences doivent être délivrées pour des quantités de produits présentant un intérêt économique.

EXPORTATIONS

L’autorisation d’exporter est une autorisation du Ministère chargé du commerce pour l’exportation de certains produits dont la liste est arrêtée par le Ministre en charge du commerce.                                                                                                                                                                                   

Le marché d’exportation quant à lui, a connu une évolution des principaux produits d’exportations en 2017 par rapport à 2016.                                

Les 10 premiers produits d’exportation (l’or non monétaire, le coton, le zinc, la noix de cajou, le sésame, le karité, la mangue, etc.) représentent 94,3% de l’ensemble des exportations.                                                                                                                                                                            

En 2017, les exportations en valeur de l’arachide, du mais, l’huile de coton, l’argent, le riz paddy ont accru. Par contre entre 2016 et 2017, les exportations des filières porteuses (anacarde, sésame, miel, karité, mangue, cuir et peaux, oignon, bétail sur pieds, tomate etc.) identifiées dans la Stratégie Nationale pour les Exportations (SNE) ont connu une baisse. Cette situation s’explique par la baisse de l’exportation des graines de sésame et des cuirs et peaux.

Procédure d’obtention d’une autorisation d’exportation

Le dossier de demande d’AE se compose comme suit :

•Un formulaire de demande timbrée à 200 F CFA ;

•Une facture pro forma de vendeur ;

•Un certificat phyto sanitaire s’il y a lieu.                                                                                                           

Les imprimés de demande sont de 1 685 F l’unité.

Les avantages de l’exportation pour les entreprisessont :                                                                                                                                                         

–  Augmenter votre chiffre d’affaires                                                                                                                                                                                             

–  bénéficiant de la croissance économique dans certaines régions du monde                                                                                                                         

–  élargissant ses débouchés commerciaux        

– accroissant votre rentabilité

– Gagner en notoriété : Vous faites progresser la notoriété et le savoir-faire de votre entreprise sur le plan international                       

– Mieux connaître la concurrence : Vous élargissez votre connaissance de votre secteur d’activité en identifiant vos concurrents étrangers.    

– Mieux utiliser vos capacités de production                                                                     

– Dynamiser votre entreprise : Le fait d’exporter apporte un souffle d’air nouveau au sein de l’entreprise et la sort de ses habitudes de commercialisation.                     

Les risques encourus par les entreprises exportatrices sont de deuxordres :            

– Risques liés à l’expansion sur les marchés intérieurs ou étrangers notamment                         

– la méconnaissance des spécificités socioculturelles des marchés étrangers

– les ventes ne correspondent pas aux prévisions                                                              

– la mauvaise appréciation de la concurrence ;                                                                                

– la méconnaissance de la législation en matière commerciale du pays

Composition du dossier d’exportation :

– La Déclaration Préalable d’Importation comprend cinq (5) feuillets :

– Un (01) exemplaire COTECNA INSPECTION SA ;

– Un (01) exemplaire importateur pour opérations bancaires ;

– Un (01) exemplaire importateur pour dédouanement ;

– Un (01) exemplaire centre des guichets uniques.

– Une copie de la facture pro-forma agrafée à la DPI :

– Une copie des résultats d’analyse pour les produits qui y sont soumis ;

– Une copie de (des) l’autorisation (s) spéciale (s) d’importer pour les produits sui y sont soumis ;               

– Un visa du service du monopôle des tabacs ;  

– Une copie de l’agrément pour les produits qui y sont soumis

[5] Import Licenses

Informations Sur L’importation Au Burkina Faso

La Direction Des Guichets Uniques Du Commerce Et De L’investissement

IMPORTATIONS

Les licences d’importation peuvent être définies comme étant des procédures administratives qui exigent, comme condition préalable à l’importation de marchandises, la présentation à l’organe administratif compétent d’une demande ou d’autres documents (distincts des documents requis aux fins douanières).

Toute opération d’importation de marchandises et répondent aux mesures relatives à la défense des intérêts de l’importateur, au respect de la réglementation commerciale, à la police douanière et au contrôle des relations financières avec une formalité accomplie l’étranger.

Certaines restrictions pour certains produits

Les restrictions quantitatives à l’importation concernent uniquement les poudres et explosifs, les pneumatiques rechapés ou usagés, la friperie et certains dérivés halogénés des hydrocarbures (CFC), les équipements frigorifiques utilisant les dérivés halogénés, châssis usagers de véhicules automobiles et roues équipées de pneus rechapés ou de pneus usagés.

Composition du dossier import :

-La Déclaration Préalable d’Importation comprend cinq (5) feuillets :

-Un (01) exemplaire COTECNA INSPECTION SA ;

-Un (01) exemplaire importateur pour opérations bancaires ;

-Un (01) exemplaire importateur pour dédouanement ;

-Un (01) exemplaire centre des guichets uniques.

-Une copie de la facture pro-forma agrafée à la DPI :

-Une copie des résultats d’analyse pour les produits qui y sont soumis ;

-Une copie de (des) l’autorisation (s) spéciale (s) d’importer pour les produits sui y sont soumis ;               

-Un visa du service du monopôle des tabacs ;  

-Une copie de l’agrément pour les produits qui y sont soumis.                                                                               

Le formulaire comporte des rubriques qui sont :

•          L’identité de l’importateur ;

•          Le numéro IFU (Identité Financier Unique) ;

•          La valeur globale et le prix unitaire exprimé en valeur départ usine, FOB, FCA ;

•          La quantité exprimée en unités de mesure adéquates ;

•          La description de la marchandise ;

•          Les conditions de livraison ;

•          Les pays d’origine et de provenance de la marchandise ;

•          Les modalités de règlement ;

•          Le mode de transport ;

•          Le port d’embarquement de la marchandise ;

•          Le bureau de dédouanement ;

•          Le cachet et signature de l’autorité compétente ;

•          L’identité du déclarant en douane de la marchandise ;

•          Les références des autorisations et visas cités ci-dessus sont portés sur la DPI accompagnées de la signature et cachet du service délivrant la DPI.                                                                                              

Conditions d’obtention

L’obtention de la DPI est conditionnée par la présentation aux services compétents du Ministère en charge du commerce d’un dossier comprenant :

•          Un jeu complet de formulaire dûment rempli signé et cacheté par l’importateur ;

•          Une copie du numéro IFU (légalisée pour la première importante) ;

•          Une copie de la carte professionnelle de commerçant importateur en cours de validité

•          Trois copies de la facture pro-forma ou commerciale de six (06) mois au plus ;